(1ère Partie)


Le Cuir, Histoire et Evolution du Tannage


 

La matière première du Sellier Harnacheur ou du Bourrelier est le cuir ; sans lui pas de harnachement ni de selle, donc pas de métier !! (Enfin de nos jours le synthétique prend des part de marché de plus en plus grandes et met en danger le métier d’artisan sellier bourrelier). Mais avant que le Sellier Bourrelier puisse utiliser ce cuir, les peaux animales doivent subir certaines étapes transformant la peau en cuir. Plusieurs techniques existent en fonction des pays et bien sûr plusieurs qualités aussi.

Le métier de tanneur est un métier à part entière, il est complexe et n’a absolument rien à voir avec le métier de Sellier Bourrelier. Le but du tanneur est de rendre les peaux animales : peau bovine, ovine, porcine, caprine, chevaline (hé oui !), pour les plus communes, et pour les plus exotiques on retrouve des peaux de lézards, serpents, autruches, galuchats et autres, IMPUTRESCIBLES. (Ou autrement dit, qui ne pourri pas)

tassin-cuir.com
Peau de Galuchat
Peau d'Autruche
Peau d'Autruche
duvivier.fr
Peau de Crocodile
pixabay.com
Peau de Veau

Le métier de tanneur est complexe tant dans son savoir-faire comme dans son exercice. Même si en tannerie chaque ouvrier a son poste précis celui-ci demande parfois force et rapidité comme d’autre précision et douceur. Mais le plus compliqué reste la complexité des différentes étapes du tannage en fonction du type de peau travaillé.


Chaque peau à sa spécificité et caractéristique qui la rend unique. Par exemple la peau bovine est épaisse, elle mesure en moyenne 1cm d’épaisseur et 4m² ce qui rend son travail difficile à cause de son poids et sa superficie. La peau de chèvre quant à elle est comme celle du chien, elle est imperméable, c’est-à-dire que comme les chiens, les chèvres ne transpirent que par la langue et non pas par la peau comme nous les humains. Cette caractéristique rend plus difficile la pénétration des tannins etc…

Heureusement la découverte du tannage remonte à  très longtemps et a permis le développement des techniques de tannage grâce à toute l’expérience qu’on put acquérir les tanneurs au fil du temps.
En effet d’après les historiens les premiers tannages remonteraient à l’époque de la préhistoire à la suite de circonstances hasardeuses et d’observations, plus qu’à une vraie recherche. Par la suite, le procédé est compris et acquis dans le but d’utiliser les peaux avec leurs poils pour se vêtir. D’autres techniques sont inventées pour ensuite tanner sans poils et pourvoir confectionner les premières chaussures (entre autres les sandales des romains qu’on connait plus de nos jours sous le nom de spartiates).

wikipedia.org
Sandale du temps des Romains (type Spartiate)
alittlemarket.com
Sandales types Romaines

Bien sûr il existe différentes techniques de tannage et ce, tout simplement à cause de la zone géographique de chaque pays et de ses ressources naturelles. En Europe le tannage végétal a l’écorce de chêne est le premier à voir le jour tandis qu’en Orient celui aux noix de galle est le premier à être pratiqué ou encore en Afrique le tannage a l’alun (produit chimique trouvé à l’état naturel en Afrique) est le tannage traditionnel.

charronerie.com
Ecorce de Chêne
toysondor.wordpress.com
Noix de Galle de Chêne
metatv.org
Sels d'Alun

famousbiologists.org
Lavoisier

Il faudra attendre le XVIIIème siècle pour voir apparaître en Europe des documents imprimés sur la technique des industries du cuir intitulés « La tannerie et la préparation du cuir ». Durant le même siècle s’effectue l’une des plus grande avancé technique dans le monde tu tannage. Avec la naissance de la chimie et les découvertes de  Lavoisier, ainsi que celles de Michel Delyon sur les vertus tannante du châtaignier, l’industrie du cuir va pouvoir se développer et proposer un panel de cuir plus large. Le premier à mettre en pratique ces découverte sera Aimé Kock à Lyon vers 1860. Il couple ces avancés avec l’emploi de la force motrice des machines à vapeur (qui remplacent de nombreux travaux manuels, durs et lents) pour développer l’industrie de la tannerie. Ces découvertes poussant de plus en plus loin les recherches scientifiques, le tannage minérale se développe et passe d’abord par l’usage de sels d’alumine et de potasse puis par des sels de fer pour finir avec des sels de chrome. En 1900 le tannage minéral est parfaitement dominé et permet un tannage régulier et précis.
 Le seul bémol de cette avancé est que le tannage minérale est beaucoup plus polluant que le tannage végétal à l’écorce de chêne. 


Comme vous l’aurez compris il existe plusieurs types de tannages possibles qui se sont développés en fonction des époques. On en recense 4 ou 5 :


·         Le tannage végétal (écorce de chêne, noix de galle, extrait de châtaigner, racines, feuilles…)

·         Le tannage minéral (sels d’alun, de fer, de chrome…)

·         Le tannage chimique (tannins 100% synthétiques)

·         Le tannage mixte (minéral + végétal)

·         Le tannage organique (appelé le chamoisage qui consiste à passer de l’huile de poisson sur de petites peausseries fines)

 

Le tannage est le procédé permettant de transformer une « peau en tripe » en cuir imputrescible et résistant à l’eau. Cependant selon les techniques utilisées et les types de peaux tannées les lieux de tannage portent des noms différents. Par exemple :

  •   Les tanneries travaillent les grandes peaux (bovins équidés) et destinent leur cuir à la sellerie bourrellerie, la maroquinerie et aux cordonniers.
  • Les mégisseries traitent les petites et moyennes peaux (caprins, ovins, ….) et destinent leur peaux à la maroquinerie et à la ganterie.
  • Les chamoiseries ne travaille qu’exclusivement les petites peaux.

 

Nous aurons donc des noms différents de cuirs produits en fonction de leur provenance, les cuirs forts contre les peaux souple qui sont différentes des chamoiseries. Cependant la distinction des cuirs ne se fait pas exclusivement par son lieu de provenance. En effet le tannage végétal ne permet pas d’avoir des peaux aussi belles et souples que le tannage minéral, c’est pourquoi les cuirs forts (ou épais, environs 4-5 mm utilisés en sellerie bourrellerie) seront le plus souvent tannés de manière végétale tandis que les peaux souples seront quasi exclusivement tannée de manière minérale.

alittlemercerie.com
Peau orange Tannée grainée crocodile